Crowdfunding : comment connaître ses chances de succès

Comment savoir si une campagne de crowdfunding va atteindre son objectif ?


Depuis quelques années, le crowdfunding, ou financement participatif, est sur toutes les bouches…et dans toutes les bourses. De plus en plus de créateurs, d’entrepreneurs ou de particuliers ont recours à cette méthode désintermédiée pour construire leur projet.

Parmi les plateformes émergentes, le crowdfunding avec Homunity a su sortir du lot avec une proposition originale permettant aux donateurs de devenir des investisseurs dans l’immobilier et de tirer profit de leur apport.

Un concept en vogue à distinguer des autres formes de financement participatif, en raison de l’importance des fonds mobilisés mais aussi de celle du retour sur investissement à prévoir. Mais avant d’en arriver là, reste à savoir si notre campagne, ou celle à laquelle nous participons, a des chances d’atteindre son objectif.



Les trois grands types de crowdfunding


Sachez que la réussite de votre campagne dépendra de facteurs différents suivant le mode de crowdfunding que vous choisissez. Les objectifs, eux-aussi, ne sont pas les mêmes d’un domaine à l’autre. Voici ce qu’il faut retenir des trois grandes formes de sociofinancement :

Le don

 

C’est en quelques sortes l’acte de naissance du financement collaboratif. Hérité de la culture de l’open-source et du partage chère aux premières communautés internet, c’est le proche cousin du covoiturage ou du couchsurfing.

Ici, les donateurs sont poussés à participer uniquement par amour du projet, du moins en principe. D’où son grand succès dans les milieux associatifs et culturels.

La contrepartie est généralement un cadeau de type promotionnel, comme des affiches, des exemplaires, des brouillons, des pin’s, des tote bags…

Cependant, c’est aussi la méthode de prédilection des amateurs de technologie, à qui elle permet de profiter d’objets inédits au stade de prototype. Il s’agit alors de pré-achat, conditionné par la réussite – ou non – de la campagne.

En savoir plus sur les raisons de soutenir un projet dans cet article.

Prêt participatif ou crowdlending


Ce modèle a eu un grand succès dans les communautés d’intérêt, où il permet de mutualiser les risques financiers. Les artisans, par exemple, ont pu y avoir recours de manière à remplacer des machines défectueuses grâce à l’aide de prêteurs plus compréhensifs que les instituts bancaires.

Comme ces derniers, le crowdlending repose sur un prêt effectué par une personne morale ou physique sur un projet particulier.

L’investissement participatif


Spécialisé dans les levées de fonds, ce type de crowdfunding permet de faire émerger des projets nécessitant un investissement important. Permettant parfois de bénéficier de réductions fiscales, il prend souvent deux formes :

-          Financement d’entreprise : moins risqué que la bourse mais bien rémunérateur, l’investissement dans le capital d’une start-up ou autre permet d’être rétribué en dividendes.
-          Souscription d’obligations : ici, les participants sont rétribués grâce aux intérêts qu’ils touchent sur leur participation à la constitution d’un fond propre, souvent complémentaire au prêt bancaire. C’est par exemple le cas d’Homunity, spécialisé dans le financement immobilier. 

La réussite du projet


Les critères de succès dépendent donc du type de crowdfunding que vous avez choisi.  

Dans le cas du don, la réussite repose sur la capacité du porteur de projet à générer un engouement autour de sa campagne, en se montrant capable de mobiliser un grand nombre de gens. En effet, comme toute la somme est perdue si l’objectif n’est pas atteint, il est important de se montrer capable d’y parvenir : il y va de la crédibilité du projet.




Dans ce type de cas, l’effet boule de neige est particulièrement important, et les chances de réussite sont exponentielles. Par exemple, si vous atteignez 20% du financement, vos chances de réussite atteignent 80%. Une fois franchie la barre des 60%, votre potentiel de réussite avoisine les 98%.

Si vous êtes intéressé par le crowdfunding immobilier, vous trouverez sur cette page un guide des bonnes pratiques.

Concernant les deux autres solutions, crowdlending ou investissement participatif, les chances de succès dépendent surtout de la plateforme et des garanties qu’elle offre. Par exemple, mieux vaut s’assurer que 40% au moins des logements soient prévendus. La bonne plateforme s’assurera également que vous soyez tenu au courant de l’avancement du projet en vous faisant parvenir des rapports réguliers.


Fourni par Blogger.